Cultiver son bébé et aller au musée
51012
post-template-default,single,single-post,postid-51012,single-format-standard,eltd-core-1.0.3,ajax_fade,page_not_loaded,,borderland child-child-ver-1.0.0,borderland-ver-1.13,vertical_menu_enabled, vertical_menu_left, vertical_menu_width_290,smooth_scroll,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
Photos de famille au musée de stockholm

CULTIVER SON BÉBÉ ET ALLER AU MUSÉE

Je vous entends déjà grincer des dents et hurler au scandale. Me dire que cette idée est terriblement saugrenue, que j’ai changé, que je suis devenue une mère bobo hipster qui sur-stimule son enfant, tout-ça-tout-ça… Ou pas !

Photographie, peinture, sculpture, ou même installation, il n’y a pas de domaine interdit pour se divertir. Ni d’âge pour se cultiver.

 

Photographe de vacances au musée de stockholm

 

Les enfants sont des éponges. Ils absorbent ce que nous leur offrons, le digèrent, évacuent le surplus et en gardent l’essence. Ils procèdent ainsi avec tout ce qu’ils voient, touchent et entendent. C’est leur expérience. C’est ainsi qu’ils vont s’imprégner de ce que nous leur transmettons, leur éducation.

Depuis qu’il est né j’emmène régulièrement mon fils voire des expositions. Déjà parce que j’aime ça et parce qu’égoïstement je n’ai pas envie de m’en priver. J’ai toujours aimé trainer dans les musées. Ils sont souvent au calme et propices à la contemplation et à la réflexion. C’est un peu ma page blanche, ma respiration.

Cultiver son bébé et aller au musée, une activité ludique

Voyager en famille au musée

 

C’est d’ailleurs très chouette de se connecter à l’âme d’un créatif, de lacer ses chaussures pour voir le monde de son point de vue. Pour moi c’est ultra inspirant. C’est important à la fois dans ma vie professionnelle mais aussi personnelle.

J’aime cette idée de donner à mon fils non pas une, mais plusieurs versions du monde. Des visions variées qui lui montrent qu’il n’y a pas qu’une seule façon de vivre et de penser. Des idées diverses qui lui permettront de se créer sa propre conception de la vie.

Et puis j’aime bien aussi le familiariser avec différents milieux. On pense souvent à tort que le monde de l’art est élitiste. Qu’il serait réservé à quelques intellectuels qui auraient les clés pour comprendre. Alors que le prix d’entrée d’un musée est souvent moins cher qu’une place de ciné, j’ai envie de dire que c’est faux.

Les barrières sont celles que nous nous créons. Et pour peu que l’on ose franchir la porte avec respect, et une once de curiosité, j’aime à croire que partout nous sommes bienvenus.

Photographe de vacances au musée

 

Pour toutes ces raisons j’emmène mon bébé dans ces lieux de vie. Et même s’il est petit et qu’il ne va pas me donner sa théorie sur l’urinoir de Marcel Duchamp, j’ai envie qu’il fréquente ces endroits pour s’y sentir à l’aise quand il sera plus grand. Pour que tout cela lui semble déjà familier.

2 Comments
  • Chantal
    Répondre

    et ben mon Titi en vadrouille … en une année il en a déjà fait bien plus que la majorité d’entre nous… à poursuivre sans attendre qu’il soit assez grand pour le faire lui-même 😉 Une éponge comme tu le dis, qui profite de vos disponibilités, de vos possibilités et de votre vie si ouverte. Il faut varier les plaisirs ! je vous embrasse 😉

    12:51 at 12:51

Post a Comment